Aller au contenu principal

Texte 3 / Catégorie mini-nouvelle

Elle était arrivée le matin. Il pleuvait beaucoup. Elle aurait pu être trempée mais elle avait réussi à se garder des gouttes. Il ne l’avait pas vraiment accueillie mais elle était tout de même là. Il ne l’attendait pas. Elle était venue sans prévenir. Elle est sortie de la voiture jaune devant son seuil et s’était retrouvée à sa porte.

A présent, elle se trouvait dans le salon. Elle attendait sans bruit. Dans la cheminée, le feu de la veille ne brûlait plus et l’humidité était entrée.

Il avait regagné la chaleur de la cuisine. Il préparait un café, ne sachant que faire avec elle. Elle remettait tant de choses en question par sa simple présence. Il se demandait s’il ne devrait pas aller au salon et remettre du bois dans l’âtre, réveiller les braises, et pourquoi pas la pousser dedans. Il imaginait la couleur des flammes dansant autour d’elle. Mais il savait que ce n’était pas raisonnable. Il devait se montrer adulte et ne pas laisser ses pulsions l’envahir.

Ses pensées se bousculaient. Il avait renversé le pot de café et devait en préparer de nouveau. Il ne savait pas pourquoi elle était là, chez lui, avec son air chiffonné.

Et il se souvenait… de l’écriture fine d’abord, de petites pattes de mouches posées sur le papier, puis de l’odeur du parfum, une odeur de rose qui semblait surgir de son enfance. Tout lui revenait en mémoire à présent, les bons et les mauvais moments… Il allait devoir faire face, affronter les minutes à venir.

Machinalement, il a ouvert un tiroir. Il s’est emparé d’un couteau. Il a choisi un petit couteau très fin, plus facile à manier qu’un gros couteau de boucher. D’un pas décidé, il s’est avancé dans le salon. Il l’a saisie vivement d’une main, le couteau dans l’autre.

Il allait devoir agir vite, très vite avant que tout ne se brouille de nouveau dans sa tête. Il a manié rapidement le canif, l’enfonçant dans son sein.

La dernière lettre de sa mère était désormais ouverte.

______

MA’, 2012

12 Commentaires Poster un commentaire
  1. Lise #

    Alors, tout de suite, l’inattendu de la chute me réjoui follement, merci, merci, l’auteur

    Un très bon texte.
    Pour ceux qui ne savent pas encore bien se servir du blog : au bas des textyes presentés il y a des petits signes, et en dessous, il est ecrit : J’aime ceci. Ceux qui aiment cliquent, et leur logo apparait en guise d’;etoile ( je suis claire, là ? non, hein ? ) bref, essayez, vous verrez bien.

    4 octobre 2012
  2. Ma' #

    Perfectible à mon avis….

    5 octobre 2012
    • Lise #

      Tout texte étant par nature perfectible, ma chère Ma’, je pourrais dire comme toi. Mais justement, je trouve que celui-ci est bien rond, bien ancré, et beau comme ces cailloux lisses des bords du Lac Superieur (les agathes). Je me suis REGALEE de le lire du premier au dernier mot.

      6 octobre 2012
      • Ma' #

        Oui, tout texte est perfectible et il est toujours difficile de savoir à quel moment il faut s’arrêter de le retoucher, au risque de l’alourdir ou d’en perdre une certaine saveur…
        Punaise, que le métier d’éditeur doit être complexe !!!

        6 octobre 2012
  3. Lise #

    Si j’étais éditeur, je n’oserais pas changer un point-virgule à un texte – d’ailleurs, je suis folle des points vigules ! Serais-je un mauvais éditeur ? et puis, comment choisir, quand toute écriture est belle per se ?

    6 octobre 2012
  4. madamedekeravel #

    j’ai cliqué sur « j’aime ceci » pour essayer, et aussi pour dire que j’aime 😉 la chute est surprenante ! c’est réussi !

    7 octobre 2012
  5. Lise #

    ahhh je savais que tu aimerais ! bon, et bien, faudrait que je poste un quatrieme texte reçu dans la semaine, mais l’auteur m’a demandé de le reprendre pour correction.

    7 octobre 2012
  6. jaleph #

    Chapeau,
    C’est bien tourné, la plume intrigue au bon moment, entraîne le flux de lecture jusqu’au dénouement surprise.

    8 novembre 2012
  7. lise #

    oui, moi aussi, je l’aime beaucoup ce texte-ci. Je ne pense pas que j’arrive toute seule à départager les concurrens, lol!

    8 novembre 2012
  8. Servanne #

    Superbe!

    31 décembre 2012
  9. Lise #

    Oui, et tellement inattendu. Nous en aurons d’autres, de Ma’, dans quelques jours, j’espère ; et pas qu’un seul, parce que quand on aime on compte pas 😉
    Merci pour votre passge, Servanne, et pour votre commentaire.

    1 janvier 2013

Rétroliens & Pings

  1. Concours de l’Ecritoire « Chroniques Américaines

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s