Aller au contenu principal

Anonymat, pour ou contre ?

Il rentre quelques bonnes raisons dans ma décision de poster les textes du concours en anonyme mais ceci peut ne pas plaire à tout le monde. Je suis très flexible sur le sujet et j’aimerais avoir votre/vos opinions : ANONYME, POUR OU CONTRE qu’en pensez-vous ?

11 Commentaires Poster un commentaire
  1. Il y a une raison majeure qui me ferait clamer que l’anonymat est nécessaire. On évite tout risque de « copinage », j’entends par là: je sais qui c’est, je l’aime bien, donc je vais la/le privilégier. Même si on reconnaît facilement (?) un auteur par son style après quelques lectures, mieux vaut une incertitude au moment d’aborder un texte tout neuf: on ne sera pas tout à fait sûr d’avoir bien identifié qui se cache derrière. L’anonymat est une façon de neutraliser toutes les tentations de voter pour ou contre juste parce qu’on apprécie ou qu’on boude. C’est une pratique répandue chez certains éditeurs dès lors qu’il y a appel à textes, et plus les contributions sont nombreuses, plus l’anonymat permet de brouiller les pistes. De sorte que, semble-t-il, les jugements sont pour finir plus objectifs.

    23 octobre 2012
    • Lise #

      Voilà, MERCI Jean-Christophe, merci !!! C’est en effet la raison majeure de cette décision prise de présenter ici les textes de ceux qui me les envoient en toute confiance dans l’anonymat intégral. Etant seule à connaitre les auteurs, et coomme je vous AIME tous pareil ( c’est beau, l’amitié !) je laisserai le jury choisir sur la qualité des textes et cela seul : comme dans les concours, examens et autres.

      J-C, nous devrions nous mettre ensemble pour écrire un pamphlet contre le copinage et les groupies… mum, mum ?? ( Lise, pas sage, il est tard et c’est la faute à Sandy-l’ouragan—– n’y voir aucune malice, please !)

      Aurais-je l’âme (damnée) d’un éditeur ?

      31 octobre 2012
  2. madamedekeravel #

    Tu es chez toi, donc tu fais ce que tu veux ! 😉
    Mais j’avoue que l’anonymat ne me paraît pas nécessaire…

    27 octobre 2012
  3. Lise #

    Intéressant, Sylvie. Donc, tu préfères ne pas dissocier l’oeuvre et l’artiste ? Tu peux m’expliquer pourquoi ?

    Je peux le comprendre, bien que chez moi ce soit tout le contraire.

    J’explique : « avant » – avant le grand chambardement de l’Internet – lorsque je lisais un livre, j’avais très peu de connaissance sur l’auteur. Il ou elle restait une entité uniquement portée par ses mots, son langage, le récit qui en découlait, la facon de me parler entre les pages. Je ne savais rien de ses opinions religieuses ou politiques, sauf ce qu’il ou elle voulait bien en laisser transparaitre à travers ses phrases. Et cela me suffisait.

    Maintenant, je cotoie des écrivains-des-vrais sur la toile. Les lire quotidiennement les démolit un peu. Et encore, ce n’est rien. Ce qui est plus grave, c’est lire ce qui s’écrit sur eux ; pas sur leur oeuvre, mais sur leur vie de famille, leurs maitresses, leurs faits et gestes et quel parti politique ils soutiennent, par exemple : c’est du voyeurisme et ceci ne m’apporte que baillements. Savoir qu’ils ont 62 ans, qu’elle a des cheveux gris, ou que tel autre a des problemes de coeur me gênerait plutot. Comme d’apprendre que tel sculpteur était malheureux en famille ou que Mozart avait des problemes d’argent : who cares ? L’essentiel de leur vie de créateur, c’est leur oeuvre. A travers leur oeuvre passent les problèmes, oui, je sais. Mais filtrés par leurs attributs d’artistes.

    Et c’est ce qui résulte de ce filtre qui fait l’oeuvre artistique. C’est cela qui est le plus intéressant, le plus authentique dans l’oeuvre. Voilà pourquoi je suis si attachée à l’anonymat.

    Enfin, just in my humble opinion, friend 🙂

    28 octobre 2012
    • jaleph #

      Il y a à boire et à manger, la difficulté étant de déterminer le plus volumineux des deux. Comment comparer le vin et la grappe dont il est issu. Et s’il s’agit d’un vin blanc tiré d’un raisin à peau rouge…
      Lise tu écris, parlant des écrivains : »ce qui est plus grave, c’est lire ce qui s’écrit sur eux ». Mais dans le cadre de l’écritoire, à moins de déballer volontairement notre fiche signalétique, notre anonymat reste sauvegardé. N’apparaît que notre nom d’emprunt.
      Chacune ou chacun devrait donc n’être confronté qu’aux commentaires de ses compagnons d’écriture. Ces avis ne toucheraient que les écrits et les sentiments qu’ils génèrent.
      J’ai le sentiment que dans le cadre de l’Ecritoire, le strict anonymat risque de modérer la passion des échanges. Ces dialogues seraient-ils utiles à tout rebondissement dans un blog ? Peut-être pas indispensablement, mais certaines idées et liens, (mais aussi prises de positions :°>) se tissent quelquefois grâce au va et vient des commentaires.
      Tu as raison, l’œuvre est l’essentiel du créateur. Pour autant, nous n’écrivons pas dans la même sphère médiatique.
      Interpouëte est comme l’océan, on n’en connaît bien que sa surface.

      31 octobre 2012
      • Lise #

        Par hasard ( il n’y a PAS de hasard, lol !) je viens de prendre à la cinemathèque le film « Anonymous ». Ce film raconte ou tente de raconter l’histoire des ghost writers qui auraient présidé à l’oeuvre de Shakespeare. Apportera-t-il de l’eau à nos moulins ?

        31 octobre 2012
  4. ici, l’enjeu n’est pas très important, c’est juste pour le fun ; et des textes signés par leurs auteurs ajouterai à la convivialité, cela permettrait des échanges plus personnels et intimes
    mais je le répète : c’est toi la chef ! 😉
    la question qui n’est pas résolue pour moi : est-ce que tu nous aimes VRAIMENT tous autant ? 😉

    3 novembre 2012
    • Lise #

      vouiiiiiiiii tous autant et tous pareil : c’est là qu’on voit le vrai cheuffe
      Et tu as raison dans le sens de convivialité et tout ça, d’ailleurs, jespère qu’une fois le concours terminé, les auteurs accepteront de sortir de l’anonymat, ceux qui veulent.

      4 novembre 2012
    • Lise #

      et l’enjeu, NERDUM< je me rends compte ce matin que je n'ai pas affiché LES PRIX !!!

      4 novembre 2012
  5. Idem, je préfère que les textes ne soient pas signés. Ceci afin de rester concentré sur le texte, sa qualité, son originalité, sa beauté. L’anonymat c’est le monde enigma

    (Merci Lise, pour tout ce que tu fais, simplement mais avec beaucoup d’amour)

    4 novembre 2012
    • Lise #

      Jr me pourlèche les babines en te lisant ce matin, La Mano, merci -= et j’attneds des textes, ne l’oublie pas – pas un seul ; PLUsieURS !!!

      4 novembre 2012

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s