Aller au contenu principal

J de J 8 / Retour à la case départ

oiseaux siamois saravati 18 01 2013Retour à la case départ

__________________________

Après avoir en vain lancé mes appels dans le désert de ta solitude, j’ai continué de te chercher.

J’ai cherché les indices même infimes de fissures même embryonnaires lorsque nos rives un moment réunies ont commencé de s’éloigner.

J’ai cherché des traces que tu avais peut-être oublié de faire disparaître.

J’ai cherché dans la nuit redevenue noir profond l’éclat d’une petite lampe qui éclairait ton nom.

J’ai cherché dans ma mémoire l’écho des musiques que tu aimais et qu’à ton diapason j’ai aimées à mon tour.

J’ai caressé les mots doux que tu avais prononcés pour moi, rien que pour moi dans ces moments suspendus entre le septième ciel et la flèche des rêves.

Je garde encore malgré les vents contraires l’empreinte de ton corps, ton souffle et le mien mélangés, la fièvre euphorique de nos silences d’après, les caresses démultipliées à l’infini jusqu’à l’épuisement et cette pluie d’étoiles dans tes yeux, dans mes yeux, le langage des signes après les confidences feutrées.

D’ici où je me tiens, fragile, désemparée, je ne vois plus ta rive sortir du brouillard opacifié par le silence.

Ton silence, ton salut, celui qui te fait sentir fort, invulnérable, – insensible, parfois -, je n’y crois pas vraiment, ce masque ne te ressemble pas ou si peu.

Ce masque n’a de tes yeux qu’une vague apparence.

La vie continue, c’est ce que tu m’as dit en guise d’adieu, elle n’a fait que perdre ses couleurs d’ailes de papillon, nous tournons une à une des pages sans pouvoir reconstituer l’histoire.

Sous ce ciel de tempête, les moutons continuent de brouter placidement. Le soleil continue de scander le rythme des saisons, mon âme effilochée se penche vers un toi hypothétique. Va falloir suivre, suivre le troupeau, se perdre dans la masse, faire confiance au premier, oublier de penser, juste être. Se réveiller un matin dans un nouveau devenir où tu ne seras plus qu’un vague souvenir estompé par le temps.

_____________

Saravati,  17 janvier 2013

10 Commentaires Poster un commentaire
  1. Lise Genz #

    Peux pas copier l’illustration de Saravati ! Help !

    18 janvier 2013
    • Je te l’ai envoyée en fichier joint ! Un autre moyen ?

      18 janvier 2013
  2. Lise Genz #

    je l’ai ! je le poste – big merci

    18 janvier 2013
    • N’est-elle pas un peu « grande » ?
      Pardon Lise, je sais à quel point tu investis de temps et d’énergie ! Merci pour tout !

      18 janvier 2013
  3. Lise #

    Mais enfin, ne t’excuse pas .. car en effet elle est un peu grande : je vais la reduire et essayer de la mettre sur le cote, en debut de texte.

    18 janvier 2013
  4. Lise #

    Le dernier paragraphe est superbe – j’aime l’ensemble du texte et specialement ce dernier paragraphe.

    20 janvier 2013
    • Je vote aussi en ce sens et pour: « faire confiance au premier »!

      20 janvier 2013
      • Oui, faire confiance au premier, c’est un risque à courir mais qui ne risque rien …

        20 janvier 2013
    • Merci, tu as remarqué que c’est le seul endroit où j’ai raccroché les wagons au train du thème 🙂 Et toi en bonne maitresse d’école …

      20 janvier 2013
  5. Lise #

    héhé … »vieille » maitresse d’école, chignon, lunettes et tout – même le tableau ( virtuel ) noir !!
    On a une petite classe, mais que de bons élèves, tous des A, z’avez vu ?

    20 janvier 2013

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s