Aller au contenu principal

Jeu de Mars : le sujet

ecritoire mars 1

Le sujet de Mars :

L’homme qui rit,

d‘après une œuvre anonyme de 1537, dont le titre officiel est “ Portrait d’un fou regardant à travers ses doigts” – (Musée de Flandres, Cassel France)

Cette peinture, proposée par madame de Kéravel (1), illustre tout à fait mon attirance vers ce mois dit “des fous“, ce mars “ qui rit malgré les averses “ et qui, tout en riant et en faisant le pitre “ prépare en secret le printemps …”. Est-il fou ?

Et vous, trouverez-vous un pont, un lien, une trait d’union entre cet homme qui rit et le mois qui commence ? A vous de jouer !

___________

(1) merci, madame !

11 Commentaires Poster un commentaire
  1. mimi #

    le peintre n’a pas signé sa toile ?! ben il a bien fait!
    bon sang qu’il est vilain, surtout en haut vu de profil, mais il faut reconnaitre que c’est dans la tradition de Bosch et moi j’aime ça.
    l’est vilain le Monsieur mais il a de la personnalité et si on lui ôte l’arête sur le crâne et les grandes oreilles, ben, après tout…. il y a pire, rire,
    bravo et merci pour ce tableau.
    ps: mes boutons d’or sont ouverts, mes iris poussent, les violettes sont là..Mars qui rit malgré les averses prépare en secret le printemps.

    2 mars 2013
    • Lise #

      tiens, moi aussi, j’avais pensé lui enlever les oreilles ! d’ailleurs, font-elles partie de la coiffe ( du chapeau ) ou bien est-ce que ce sont les siennes qui passeraient à travers – et donc, serait-il un âne ou quelque chose d’approchant ? ça se corse 😉
      Mimi, je crois que nous sommes deux ignares toi et moi, mais on assume, hein ?
      _____
      veinarde de provence, tu n’as pas honte de me faire ainsi saliver avec tes violettes et tes boutons d’or ?

      2 mars 2013
  2. madamedekeravel #

    contente que tu aimes mon fou !

    3 mars 2013
  3. on est deux à l’aimer, chère Madame, 🙂

    J’ai bien regardé, mais la figure vue de profil dans l’angle du tableau n’est pas celle de notre fou rigolard, c’est plutôt le fameux baton du fou du Roy, non ?

    3 mars 2013
    • mimi #

      alors là je nage!
      je vais jeter un coup d’oeil sur google
      dis, notre rigolard tu crois qu’il est chauve ? ahhhhhhhhh je m’étrangle XXX

      3 mars 2013
      • Lise #

        Les fous de nos rois tenaient en main un baton surmonté d’un emblème figurant leur foliem quoique ils n’étaient pas plus fous que toi ou moi ( peut-être même moins, mouhahaha!! ) mais leur « folie » leur permettait de dire tout ou n’importe quoi en toute impunité. Ils en profitaient souvent pour se moquer des grands du royaume – parfois même allaient-ils jusqu’à se moquer de leur souverain. Qui souvent prenaient la plaisanterie du bon coté, et parfois non.

        Le baton du fou était souvent agrémenté de grelots, rubans et fanfreluches ; plus rarement, d’une tête de fou comme celle que tu vois dans l’angle supérieur du tableau. Celle-ci fait peur.

        3 mars 2013
        • mimi #

          je l’avais complètement oublié ce baton, enfant je me suis souvent demandé pourquoi le fou du Roy ne s’en servait pas pour lui cogner la tête ; c’était un fou paisible et là on a un fou rigolard, et nous? on est des folles comment ? ;-))))))))))

          4 mars 2013
          • Nous, on est des folles naturelles, surtout moi, tu te rends compte, née en mars, en plein dans le mille de la folie, et heureuse de l’être – y’a pas plus dingue hi hi !!!

            4 mars 2013
  4. Ma' #

    Encore un joli challenge pour mars… Je cogite, je cogite….

    4 mars 2013
  5. ah, Ma », je savais que cela te plairait : cogitons ensemble !!!

    4 mars 2013
    • mimi #

      regarde ce que j’ai trouvé
      « Le mois de mars est capricieux. Les quatre saisons peuvent se succéder dans la même journée ; il souffle le chaud et le froid entre un rayon de soleil et une averse de neige. Le sonnet qui suit, dont le nom en japonais signifie « la Troisième Lune » pour désigner ce mois – nom finalement très prosaïque pour un peuple si versé dans la poésie ! – veut exprimer ce côté imprévisible, changeant, instable, au moment où nous entrons dans les ides de mars.
      Il s’agit cette fois d’un sonnet régulier de type Peletier, ou français, de par la disposition des rimes dans les deux tercets.

      SANGATSU

      Il pleut, il fait soleil, le diable bat sa femme…
      Ou il marie sa fille, allez donc le savoir !
      Car c’est le mois des fous qui fait rire ou pleuvoir
      Dans la même journée, qui grelotte ou s’enflamme.

      Sous la braise ou le gel il assoiffe et affame,
      Le printemps dit « bonjour » et l’hiver « au revoir »,
      Mais mars est un fantasque et qui peut donc prévoir
      Ses excès, ses humeurs, et tous ses mélodrames ?

      Et pourtant, sous ses airs taquins de carnaval,
      Entre deux giboulées comme un souffle estival
      Frémit sous les rayons d’une tiédeur nouvelle ;

      Des ailes par milliers s’envolent au soleil,
      Et, portant jusqu’aux nues l’insouciance rebelle,
      C’est la vie tout à coup qui sonne le réveil !
      http://mots-de-coeur.over-blog.com/article-le-mois-des-fous-69285543.html

      4 mars 2013

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s