Aller au contenu principal

Essai / Ecrire ensemble en 2013

Depuis bientôt dix ans, à travers toutes les tentatives d’écriture à plusieurs sur un même texte, qu’il s’agisse d’une petite nouvelle et d’une grande novella, j’essaie de trouver, ou de créer, un projet interactif dans lequel chaque auteur garderait son identité et son style propre, tout en participant pleinement au projet commun. Ce n’est pas facile ; ce serait même contradictoire. Pourtant quelque chose me dit que c’est réalisable.

Nous ne sommes ni les premiers ni les derniers à nous essayer à écrire à plusieurs, et après tout, comme dit Jean-Marie Dutey “On s’en fout !”. Oui, parfaitement, on s’en fout, parce que l‘écriture n’est pas une course en sac.

C’est grâce à lui (Jean-Marie Dutey/ Revue Lit Scribulations), dans ses projets Préfaces (2004/2005, 12 participants) et Photomaton (2006/2007, 9 partic.), que j’ai découvert et plongé dans  l’écriture ensemble sur un même texte. J’ai poursuivi avec deux projets personnels et privés, Le Pont (2007/2013, 3 partic.) et Quintefeuille (2008, 3 partic.). En 2009, avec 4 autres auteurs, j’ai participé au projet Manèges, lancé par Florence Noël, fondatrice et éditrice de la revue Diptyque. Ce projet est aussi celui qui m’a le plus apporté en tant que satisfaction littéraire, après Préfaces.

En 2011, j’ai lancé l’opération Ecrire Ensemble, qui fut un fiasco complet dans un sens, et une réussite également complète dans l’autre. La réussite, ce fut surtout la conversation établie à travers les commentaires, avec un chiffre record de 528 en 24 jours.

Je suis donc arrivée à la conclusion suivante : un projet d’écriture interactive ne peut être mené à bien si cette communication (commentaires, forum, ) n’est pas solidement établie dès le départ. Cette communication est essentielle, primordiale. Il faut donc trouver/inventer/construire dès le premier jour un lieu d’échanges dans lequel chaque auteur se sent tout à fait à l’aise pour parler/écrire ensemble.

Un lieu – géographiquement virtuel – dans lequel les auteurs viendraient  discuter de tout ce qui les intéresse, comme ( et la liste n’est pas exhaustive ) les diverses façon d’écrire, leurs expériences, leurs connaissances en général et celle du sujet traité en particulier, ce qu’ils/elles aimeraient changer (dans ce qui a déjà été écrit) , ce qui leur plaît, ce qui les rebute etc.

Discuter de tout cela en toute franchise. Donner son opinion en toute liberté. Laisser de coté les inimitiés aussi bien que le copinage.

Bref, murmura-t-elle, l’impossible…

Et pourtant, imaginez une seconde : si on y arrivait ?

___________

LMG

7 Commentaires Poster un commentaire
  1. Pour commencer, je propose un jeu. Un mot donc un sujet.
    Tant de mots(peu pour débuter) par personne, ni plus ni moins.
    Trois adeptes, quitte à créer plusieurs carrousels qui tournent concomitamment. Trois tours de carrousel.
    La dernière(ier) doit apporter une finale cohérente.
    A déterminer qui commence et qui termine. La courte paille numérique ?

    25 mars 2013
    • Lise #

      Jal, trouve LE MOT, trouve le NOMBRE DE MOTS PAR AUTEUR, and so on.

      Oui, nous etions 5 auteurs sur le projet de Florence, et nous avons suivi un tour de rôle, j’ai trouvé que c’était plus facile ainsi, chacun raccrochait son wagon aux derniers mots du précédent,

      La conclusion est donc laissée au dernier ? mais qui serait le dernier ? ( ah ah ah ah rire lourdement chargé de souffre…)

      25 mars 2013
  2. Je crois qu’écrire à plusieurs n’est possible que si chacun a son petit jardin à soi, un peu comme les jardins ouvriers où chacun a son petit carré. Parce que nul n’est plus susceptible qu’un écrivaillon (au nombre desquels je me compte, of course) et que voir son bébé (= son texte) corrigé par un autre est difficile ! Donc il faut trouver un projet qui permette la juxtaposition d’écrits personnels. Tu ne crois pas ?
    On ne se connaissait pas quand j’ai lancé le projet Cadavreski, je ne sais pas si tu le connais ? J’ai beaucoup aimé le mener !
    http://cadavreski.canalblog.com/

    25 mars 2013
  3. Lise #

    ahhhhhhhhhhhhhhh je retrouve mon « vieux » ( non, Jal, t’es pas vieux !) compagnon de luttes dans les icelles intestines de mon dernier projet ensenble. Jal s’est fait-les-dents sur l’ecrire-ensemble dans ce projet et nous l’avons examine sous toutes ses coutures ( l’écrire-ensemble, pas Jal, j’oserions point !)

    DONC,. oui, je crois que ta proposition est hyper intéressante, tu pourrais mener le jeu ?
    Si oui, j’en suis.
    Si non, on fait comment ?

    _____________

    Ma Dame de K : toi qui connait les usages ( comme dirait Ariana : L’adiguat ) tout ce que tu dis dans ton message me montre que tu es loin d’être une novice dans ce style d’exercice. Tout ce que tu dis là est vrai et doit être pris en considération. C’est pourquoi arriver à un résultat probant est une performance.
    Je vais sauter sur le lien que tu nous donnes voir quels furent ( sont ?) les résultats de ton Kadavreski et si tu as un « ensemble » ouvert actuellement, je saute dans la mélée.
    _____________

    Tu viendrais jouer avec Jal et moi ? Si nous sommes 3, nous pourrons peut-être aussi avoir Ma’ ( coucou ?) et Saravati ? Et d’autres ?
    _____________
    Nous sommes 3 parce qu’il y aura Ma » ah ah ah je jubile !

    25 mars 2013
    • Ma' #

      Oui, je pourrais bien en être… L’idée est alléchante !
      Par contre, je suis fort occupée (à croire que je ne sais vivre qu’en remplissant encore et encore mon emploi du temps jusqu’à la quasi saturation…) mais je m’aperçois qu’écrire m’amuse alors….

      26 mars 2013
      • Lise #

        nous nous ressemblons en cela ( la saturation !) mais j’imagine que nous ne pourrions pas vivre, réellement VIVRE, san rien faire, n’est ce pas ?
        Bien reçu ton texxte de Mars, je le poste dans la journée… et VOUIIIIIIII viens donc jouer avec nous 😉

        26 mars 2013
  4. Lise #

    Je reprends la réflexion de Ma’ :  » je m’aperçois qu’écrire m’amuse « .
    Oui, l’écriture amuse et réjouit, et pourtant, c’est aussi un travail, un gros travail ; avons-nous découvert LE (ou un des) paradoxe(s) de l’écriture ?

    26 mars 2013

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s