Aller au contenu principal

ECRIRE ENSEMBLE AVRIL / 1 – Code barre

P1050750 copie 3 (mail OK)

CODE BARRE

A destination, je coupe le contact. C’est le premier geste conscient que j’effectue au volant depuis le départ. Je n’observe généralement ni la route, ni  feux ou panneaux de limitation de vitesse. Ce trajet est truffé de radars. A quelle vitesse sont-ils salués ?

Cette route ? Ma voiture la connait sur le bout des pneus. J’en parle ainsi, mais il m’arrive quelquefois de penser qu’elle se meut par sa volonté propre.

C’est différent aujourd’hui. Un coupon de code barre s’est collé sur le pare-brise, parfaitement dans l’axe de vision.

Bon, là, ça fait une heure exactement que j’attends, et il n’arrive toujours pas. Il est je ne sais où, quelque part sur la route entre la maison et l’aéroport. Comme toujours, il m’a bien dit : “ je t’attendrai à ta descente d’avion” et comme toujours c’est moi qui l’attend. Je ne vois qu’une seule raison à son retard : il aura encore pris sa fameuse voiture, celle qui marche au doigt et à l’œil, au propre et au figuré.

J’ai l’air fine, moi, assise sur ma valise, sur ce trottoir de Roissy. Cinq minutes. Je lui donne encore cinq minutes et je prends le prochain taxi qui se pointe. Et je file chez ma mère.  (121)

Mais que fait-elle ?  Les autres voyageurs sont tous déjà partis vers leurs foyers ou leurs hôtels. Je vérifie l’heure sur le message qu’elle m’avait envoyé. Pas de doute, elle devrait déjà être là ! Et ce code barre sur mon pare-brise qui m’a agacé tout le long du trajet jusqu’à la gare… Je n’ai même pas pu profiter du paysage et des champs de blé mûr ! Sale journée ! Le prochain train arrive bientôt, je verrai si par hasard elle n’aurait pas raté celui qu’elle devait prendre et omis de me prévenir, ce serait bien son style. Et sinon, basta, demi-tour, je rentre au chaud.

Fichu été trop frais. A Roissy ? Le sms qu’elle vient de m’envoyer me laisse stupéfait. Notre rendez-vous, c’est à l’aéroport qu’il a lieu et non en ce habituel lieu de nos retrouvailles, devant cette gare. La faute à cette bagnole qui retrouve son chemin toute seule, comme une vache renifle son étable. Mais faut pas lui en demander plus. La faute aussi à ce Da Vinci code barre. Il m’a obnubilé tout le long du trajet. J’en ai même additionné les chiffres, total cinquante. Cinquante quoi ? Des pommes, des poires ? Et merde, c’est son anniversaire, cinquante ans aujourd’hui. Je suis cuit. Fichu code barre.

___________________

Lancé et conclu par Jaleph, avec les participations de Lise et Ma’

Illustration Jaleph

16 Commentaires Poster un commentaire
  1. Troisieme paragraphe par Ma’ – et si tu n’aimes pas l’orange, Ma’, nous trouverons une autyre couleur 😉

    2 avril 2013
    • Ma' #

      C’est très bien en orange !

      2 avril 2013
  2. Hello Lise, tu poursuis ou on termine tel que ?

    2 avril 2013
  3. oh ? je croyais que nous devions faire un second tour…. Et c’est toi qui terminera , ha ha !!!

    2 avril 2013
  4. ah mais je plane moi ( oui, bien entendu, puisque je suis a l’aerogare, mouhahaha !!) je n’avais pas vu que tu avais continué
    Bon, on termine donc tel quel et .. VITE on en commence un autre ?

    qui c;est qui commence ? Moi ?

    2 avril 2013
  5. Dis, je peux prendre une photo sur ton blog ?

    2 avril 2013
    • Photos ? Bien sûr que c’est évident, Lise.

      3 avril 2013
  6. J’y cours !

    4 avril 2013
  7. Ma’ ? ton addition est impeccable, et s’inscrit bien dans le texte . Merci.

    4 avril 2013
  8. bravo les écrivains !
    je peux faire quelques suggestions Lise ?
    – tu devrais mettre la même taille de caractères pour tous les textes
    – tu devrais choisir une police qui sait écrire les oe 😉 les tiens me donnent toujouts des coups de pied dans l’oeil !
    – pour Ma’ : chaque voyageur n’a qu’un foyer ou qu’un hôtel… j’aurais donc écrit : leur foyer et leur hôtel
    – pour Lise : ça se discute… mais quand on dit « l’air fin », c’est l’air qui est fin, donc on laisse au masculin il me semble

    je vais essayer de participer au prochain tour de manège !

    7 avril 2013
    • Ma' #

      Oui, à le relire, « leur » serait mieux au singulier.
      Liste, tu peux corriger s’il-te-plait ?

      8 avril 2013
      • Lise #

        oui, oui, je vais revenir le + vite possible, et corriger

        8 avril 2013
  9. je vias corriger, mais là, je pars faire un tour chez les antiquaires. Oui, on va mettre meme aille et meme caractere
    J’ai hesite pour l’air fin, l’air fine c’est une expression tres languedocienne, en patois – que je perds, n’ayant plus l’occasion de parler.

    7 avril 2013

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s