Aller au contenu principal

Encore faut-il OSER

OSE

Pour Ecrire, il faut OSER, et c’est tout.

Bon, il y faut aussi un certain talent, évidemment. Mais je te parle là, à toi qui a déjà fait la preuve  que ce talent, tu le possèdes. Même s’il n’est pas (encore) reconnu.

Il est un peu court de dire que dans les pays francophones en général on écrit comme on chante ou danse sous d’autres soleils. Un peu court aussi d’expliquer que la Cour des Comtes de Toulouse était déjà reconnue pour l’élégance de son parler et pour la poésie de ses troubadours alors que les rois fainéants en étaient seulement à l’heure du char à banc ; et je n’ai rien contre les chars à banc

Cependant j’aime jouer avec ce rêve : nous, francophones, aurions l’écriture innée, la poésie facile, le chant au bord des dents. Les mots, nous les aimons, c’est simple : et ils nous aiment. Donc, pour le talent, je suis tranquille, nous l’avons.

Mais, dirait Valérie Lamesch avec forte raison, être talentueux n’est rien si tu n’utilises pas ton talent. J’applaudis, car j’ai connu un homme  qui faisait merveille avec pinceaux et couleurs et toiles. Cependant, il était tenu, ou plutôt retenu,  par deux choses

1 ) le temps, car, ayant métier et famille, il avait peu d’heures à consacrer à son chevalet.

2 ) le qu’en dira-t-on, qui paralysait sa main :  il n’a peint que ce qui lui semblait ne pas encourir de reproches, des paysages, des monuments, des arbres, des maisons. Alors qu’il rêvait de fulgurances et que quelques dessins peuvent donner une idée de ce qu’il aurait voulu faire, si …

J’ai fait, de cette retenue paternelle, ma pierre angulaire en la prenant à rebrousse poil. Rien ne me retient.  J’en dois grâces et mercis a une bande de loulouttes qui m’ont, il y a plusieurs années, piétinée sans merci dans le but de m’écraser, sans savoir que le résultat serait diamétralement oppose à leur souhaits : car je suis ainsi faite que l’obstacle décuple mon énergie. Revancharde aussi, et positive, chaque fois que me reviennent certains flash venimeux, ils se transforment par magie en  nouveaux projets.

____________

Ecrire, c’est donner ce qui est à l’intérieur de soi, sans aucune restriction.

Attention : pas facile lorsqu’on prétend écrire sur la toile et en public, comme nous ici. Encore moins facile lorsqu’on décide de quitter l’anonymat. ( question subsidiaire : qui va décider de quitter l’anonymat, aujourd’hui samedi 10 août, mouhahaha !  ?)

De plus en plus difficile si tu te laisses aller à penser que tel ou tel regard ( mauvais) se posera sur tes mots sans défense. Mais c’est à l’aune de ta décision que se mesurera  la valeur de ton écriture, de ce que tu donnes en partage. De la vérité de ce que tu écris, De la sincérité de ton approche en écriture.

C’est là le vrai courage de l’écrivain, et ceci lui sera compté.

Écris donc, bon sang, et carapace-toi d’indifférence. L’important, c’est ce qui va sortir de toi. Rainer Maria Rilke conseillait :  » Ecrivez sans penser à personne d’autre que vous-même.  »

OSE !

6 Commentaires Poster un commentaire
  1. madamedekeravel #

    moi je veux bien quitter l’anonymat, mais il y a une chose que je n’aime pas que mes lecteurs sachent avant de me lire ou avant de me connaître (et je crois que tu sais quoi Lise 😉 )

    11 août 2013
    • Lise #

      Moi je t’aime en Madame de K, nah et oui je sais quoi et moi aussi j’;ai mon petit secret et je crois que tu sais quoi aussi. 😉

      morte de rire, ma Sylvie, on dirait deux gamines de 7 ans en train de se téléphoner !

      11 août 2013
      • madamedekeravel #

        😀

        12 août 2013
        • Lise #

          Justement, c’est intéressante cet interlude sur les pseudos. Car écrire sous notre vrai nom ne signifie pas du tout que nous soyons tenues soit de nous justifier, soit de nous ouvrir comme des livres. Nous avons tous nos secrets, et les préserver n’est pas synonyme de mensonges.
          Nous ouvrir comme des livres ? Tiens, tiens, j’entrevois ici un bon sujet de discussion autour des pseudos, Je m’y met ce matin.

          12 août 2013
  2. Je trouve cela plutôt séduisant, cette réflexion sur l’écriture et surtout, je suis d’accord avec le « osons » – il faut oser… … … Mais ce n’est pas toujours facile !

    19 août 2013
    • Lise #

      ah là, bien d’accord avec vous – c’est même, je crois, le plus difficile, surtout sur le Net. Pourtant, la victoire est à ce prix. OSONS !

      19 août 2013

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s