Aller au contenu principal

Jeu de Nov 4 / La goutte d’eau, par Lise

Et non, je ne vais pas vous parler météo, pluies, orages et autres cataclysmes saisonniers. Ma goutte d’eau à moi, je ne saurais préciser quand exactement elle s’est frayé un chemin entre les parois  dures et soi-disant étanches de gros tuyau d’évacuation des eaux usées. Il s’agit de l’appartement situé au seconde étage de ma maison bleue. Ce gros tuyau, en fonte car la maison a été construite au début de l’autre siècle, récupère les eaux venant de l’évier, du lave-vaisselle, de la baignoire, du lavabo, des toilettes, et du lave-linge. Comme on peut le constater, cela fait un gros volume d’eaux sales.

Passant par là il y a deux semaines, John est alerté par un bruit connu, une chanson limpide et lancinante, hésitant entre le schuit schuit des pneus sur l’asphalte mouillée et le clic, clic joyeux des pluies printanières. Descendu en catastrophe à la cave pour localiser le bruit, il remonte presque aussitôt, vert, en murmurant – car John ne crie jamais – “ la cave est inondée…”

En effet, la petite fuite se prenait des airs de torrents en puissance. On a coupé l’eau et appelé le plombier. Résultat : trois jours de travail, 600 dollars de pièces,  2.000 dollars de main d’œuvre et trois murs éventrés.

Ca, c’était la première goutte.

La seconde est la conséquence directe de la première : mes jeunes locataires de l’appartement du premier étage ont trouvé saumâtre que nous ayons à démolir non seulement le mur derrière lequel passe ce fameux tuyau d’évacuation, mur situé a la tête de leur propre baignoire, mais encore que nous nous avisions de refaire entièrement le sol de ladite salle de bain. Faut comprendre : une fuite qui s’égoutte depuis peut être un an sans que personne s’en soit aperçu a le temps de faire des dégâts dans un plancher. N’oublions pas que nous sommes en Amérique, et qu’en Amérique les maisons ne sont pas en dur comme en France, mais en bois. Oh, je vous entend d’ici, les romantiques : Le bois c’est beau,  ca sent bon, c’est solide, tout ça. Ouais. Mais un plancher mouillé pendant si longtemps, et bien, d’abord ca devient de l’éponge, et ensuite, ca pourrit. Bref, il a fallu enlever poutres, plancher et carrelage, et la toilette. Impossible d‘utiliser la salle de bain pendant des heures, et ceci, en plein week-end. Passons. On a envoyé les locataires à l‘hôtel, A ce point là, j‘ai arrêté de faire des soustractions sur le compte bancaire, même mentalement.

La troisième goute est tombée sur le crane un peu déplumé de John deux jours plus tard,  alors qu’il replissait le coffre de la Kia, lorsque le grand vent lui a rabattu sur le front le hayon arrière. On a beau dire qu’il a l’habitude parce qu‘il a reçu une douzaine de coups de crosse  et autant de palets quand il jouait au hockey sur glace et il a reçu sa part de palet dans les gencives hooui, oui, mais enfin, c’est pas drole et cette goutte lé, nous nous en serions bien passés.  J‘ai pesté contre le vent qui s‘avisait de souffle dans le mauvais sens, contre Kia,  contre le genre humain. Sparadrap sur le front de John, finalement, rien de grave. Plus de peur que de mal.

La quatrième, ah, la quatrième, je ne sais trop comment vous la raconter, car elle n’est pas marrante du tout, mais pourtant, puisque j’y suis, vous aurez la mare ou rien : donc la quatrième, c’est un peu plus tard, alors que je finissais de coller des bandages sur le front de Monsieur, ma belle-fille au téléphone nous annonçant suavement qu’ils, notre fils et elle, avaient décidé de, cette année, passer Noel tous seuls ensemble, en amoureux etc..  Pas question de les voir, donc, ni le 24, ni le 25, ni le 1er Janvier itou. “ Pour les cadeaux, ajoute-t-elle, on passera dans la semaine.“

Bon, j’ai dit, on a compris, joyeux noël quand même.

Et j’ai raccroché.

Peut-être un peu sec.

Surement, oui.

Du coups, cinquième goutte, et c’est ma faute entièrement. Puisque c’était ainsi, pourquoi  nous irons nous emm…, nous faire…, pourquoi, dis-je, allons nous nous astreindre une fois de plus à fêter Thanksgiving dans la famille de notre belle-fille, “ et perdre des heures à rester à table en écoutant des histoires qui ne nous concernent en rien, sur des gens que nous ne connaissons pas, puis le retour  par ces routes de montagne “, dit John qui n‘aime pas conduire en hiver. Et je renchérit : “ Et s’il neige ? Tu te souviens de l’année où il neigeait si fort que nous avons mis presque deux heures, en pleine nuit, pour revenir chez nous ? “. Il s’en souvient.

Bref, quand on a reçu le message d’invitation, crac, on a trouvé un prétexte pour refuser. Premier Thanksgiving seuls. Ca fait quand même étrange. So be it.

Vous voulez savoir la dernière goutte ?

Nous avons appris hier que les taxes immobilières de la maison bleue ont DOUBLE.

Est-ce l’effet papillon ? J’ai l’impression de boire la tasse.

12 Commentaires Poster un commentaire
  1. Sous tes 5 larmes, à droite de « WordPress, est un petit panneau sur lequel est indiqué: « j’aime »; J’ai pas osé cliquer.
    Allez courage Lise, et espérons que le dieu de la pluie soit à sec.

    21 novembre 2013
    • lise #

      faudra du temps pour tout assécher, je crois bien. Mais bon, il y a quelque chose qui ne change pas, c’est la faculté de mettre tout ceci en mots, et de recevoir les mots des amis. Autant de gouttes de soleil, merci, jal.

      21 novembre 2013
  2. Et bien, quel déluge de mauvaises nouvelles.
    Sauf l’avant-dernière, c’est peut-être une bonne nouvelle, vous allez pouvoir fêter en amoureux.
    Bon courage, tiens-bon la barre de ton navire !

    21 novembre 2013
    • lise #

      C’est là qu’;on va mesurer la résilience, et l’homme tranquille garde le sourire, c’est le principal. Merci, Nœuds, je mets le cap sur Bonne-Epérance, toute !

      21 novembre 2013
  3. Bon courage Lise, mon geek de Marichéri te dirait que plus les mauvaises nouvelles s’accumulent, plus tu te rapproches d’une bonne nouvelle, c’est mathématique. Et Noel en amoureux, c’est très romantique…

    21 novembre 2013
    • lise #

      hé, c’est bien ce que je pense aussi ! merci pour ton mot, Pom ! je disais justement au mien marichéri qu’il y avait des lustres que nous n’avions pas passé des fêtes seuls. Et rien ne sera changé a la protocolaire tradition : wreaths, sapin, crèche, chants de noël – et tout.
      Etrange tout de même que la vraie vie entre si parfaitement dans la vie virtuelle – ca fait presque froid dans le dos : ou avais-je la tête en lançant ce jeu de November sur le web ?

      21 novembre 2013
  4. mimi #

    les Québécois disent « lache pas » et nous dans le midi on dit « accroche toi aux branches » bref dis merde à tout le monde et vive votre noel en amoureux, après tout noel c’est de l’amour , non ? enjoy xxx

    22 novembre 2013
  5. lise #

    Drôle d’amour, mais faut s’y faire. On s’y fera. Et dans 5 semaines, on sera presque à l’an prochain. La roue tourne et demain est un autre jour.

    PS : Cheu nous en Languedo’, on dit  » tin té a l’herbo  » (tiens -toi à l’herbe)

    PS 2 : et merci, Madame, pour les chants de noël !!! tous bien reçus 😉 )

    22 novembre 2013
  6. ma chère Lise, le sort n’est pas tendre avec toi… 😦
    j’espère que tu gardes le moral malgré tout ! (on dirait que oui)
    je t’envoie des ondes positives par-dessus l’Atlantique !

    23 novembre 2013
    • lise #

      je me FORCE mais tu sais bien – toi qui as une bonne dose de résilience aussi – que nous devons nous forcer pour lutter contre le mauvais sort, hein, ma grande n: on ne va pas le laisser gagner, non, mais, sans blague !! ? Merci pour tes pensées, on s’accroche aux branches, comme dit Mimi. Bisous et j’a attrapé toutes les ondes positives envoyées 😉

      23 novembre 2013
  7. Moi qui venais te rendre une petite visite. Je tombe sur des nouvelles humides et pas très réjouissantes. Courage, même si par la pensée je ne peux assécher tout cela (et c’est dommage). Idem j’envoie mes ondes à moi…

    2 décembre 2013
    • lise #

      Bien reçues tes ondes, Alf, tout se remet en place, ce sera une question de temps. Merci pour tes pensées, et prépares bien l’arrivée de la nouvelle année 2014, un bon chiffre.

      5 décembre 2013

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s