Aller au contenu principal

Articles par madamedekeravel

octobre 8 / ma vie mathématique – par Mme de K

Aujourd’hui il pleut.Serusier-averse
Glav a ra (en breton).
C’est bien pour le jardin.
Et nous avons eu de la chance hier de nous promener en bord de mer sous un soleil merveilleux !
Double positivation.
Car « plus par plus ça fait plus » (rappelle-toi tes cours de maths de 3e !).
Donc c’est dans la vie comme dans les maths, c’est rassurant.
Mais « moins par moins ça fait plus », comment tu traduis ça dans la vie ?
Je me rappelle de ma voisine Pascale qui m’avait expliqué, alors que j’étais minuscule, que : -10-10 ça fait -20 et non pas zéro.
– Si tu me dois 10 francs…
– Mais je te dois pas 10 francs !
– Oui, mais c’est pour de faux. Si tu me devais déjà 10 francs et que je te prêtais encore 10 francs, tu me devrais 20 francs, pas vrai ?
Donc ici, si tu évites deux fois d’être négatif, par exemple tu ne te dis pas « Et merde il pleut » et tu ne te dis pas non plus « Je vais avoir de la boue plein les godasses si je vais au jardin », ben au final c’est comme si tu positivais.
Moins pas moins égale plus.
Tu me suis ?

comptine (pour les grands…) par Mme de K

Un deux trois
Au bout de mon cœur
Je m’accroche
Tu t’échappes

Quatre cinq six
Au creux de mon lit
Je soupire
Tu délires

Sept huit neuf
Mon doigt sur ta peau
Je dessine
Tu ronronnes

Dix onze douze
Au coin de mes lèvres
Je jubile
Tu te rends

Bzzzzz (Août par Mme de K)

Salon frais et sombre

Jardin vibrant au soleil

Août à la maison

abeille

 

Calendrier 15 / le 31 juin – par Mme de K

Le 31 juin,frans hals
Je serai gentille avec tout le monde,
je finirai mon travail en retard,
Je ne dirai plus de gros mots,
Je ferai un régime sérieux.

Le 31 juin,
Je bouderai mes filles,
Je changerai de mari,
J’oublierai mes amis.

Le 31 juin,
De l’année prochaine…

Illustration : le bouffon au luth – Frans Hals – 1623

calendrier 8 / éphémère (ide) par Mme de K

Almanach_1960

 

 

 

 

 

 

 

Lundi, mardi
Roudoudous
Encre violette et cahiers lignés
Zorro et pique-nique au jardin avec les copines
Mercredi, jeudi
Diplôme, premier boulot
Amoureux, amis, sorties et expériences
Vendredi
Enfants, bisous, devoirs, boucles d’oreilles en cerises
Elles pique-niquent au jardin avec leurs copines
Samedi
Savourer la vie au ralenti
Aimer sans contraintes
Jouir
Dimanche
C’est déjà dimanche ?
Dernier jour…
Le bon Dieu sans confession et hop !

 

mai 5 / l’enfer, par Mme de K

Je ne sais pas si l’enfer existe, mais si c’est le cas, il est surement bien plus doux que ma vie. mine

Je suis sur le chemin poussiéreux qui tourne en rond sur les parois de cette mine à ciel ouvert. Je suis arcbouté derrière un chariot rempli de caillasse et je pousse. Je pousse. Je pousse. Mes bras sont tétanisés par l’effort, mais je ne dois pas faiblir, au risque de me faire écraser par le chariot qui reprendrait son mouvement naturel vers le bas de la pente. Les gouttes de sueur, que je ne peux pas essuyer, brûlent mes yeux et coagulent la poussière sur mes joues en longues trainées noires. Je lève les yeux : le haut de la mine est invisible. J’ai l’impression que je tourne en rond sans fin depuis des semaines dans cette spirale. J’ai beau invoquer les dieux, les diables, le ciel, la terre, mes aïeux, ma torture est sans fin. Les graviers roulent sous mes pieds et freinent ma pénible ascension. Le glissement des mauvaises semelles de mes chaussures usées sur le chemin et le couinement des roues métalliques du chariot sont les seuls bruits qui planent sur ce puits sans fond ; les oiseaux font des détours pour ne pas survoler cet entonnoir maléfique. Même le vent se détourne semble-t-il. Passé et futur sont gommés dans mes pensées qui tournent en rond inlassablement dans ce présent intolérable. Ma vie est bloquée sur cet instant.

Est-ce même la vie ?

Mai 3 / en mai, fais ce qu’il te plaît, mais rondement ! par Mme de K

J’ai carrément envie que tu m’embrasses ! porte-ronde
Donne-moi un baiser rond devant cette porte ronde.
Mais si ! Un baiser rond ! Tu sais bien, comme ça… Tu vois, tu te rappelles.
Je ne sais pas pourquoi j’ai pensé à ça en voyant cette porte.
Surement à cause de son faux air de trou de serrure qui m’a fait penser à la peinture « Le verrou » de Fragonard. Va savoir pourquoi… Et puis s’il faut de bonnes raisons pour réclamer des baisers maintenant, où va-t-on ?

Titres avril / Venelles tortueuses, par Mme de K.

Je ne te suivrai pas dans les venelles tortueuses de ta pensée

Tes paroles sont poison

Ton amour est toxique

Je préfère m’échapper tant qu’il est encore temps

D’entre ces murs lépreux et aveugles

________________

Mme de K, 10 avril 2014

venelles d’avril

Viens avec moi !
Entrons dans cette ruelle étroite
Noire pour nos yeux éblouis
Et fraîche comme un baiser sur un front fiévreux
L’ombre nous reposera de la chaleur qui alanguit
La grand place
Et les platanes
Sauporuelleudrés de soleil

Mars 6 / Mme de K se prend pour Diderot, par Mme de K

Ou comment j’ai trouvé un sujet d’écriture en disant que je n’avais pas d’idée…

Ce texte n’est pas une fiction, ni une poésie, mais un reportage. On a le droit aussi, non ?

Pour la consigne de mars, Lise propose l’averse. L’averse ? L’averse… je n’ai pas d’idée là tout de suite…
Pour signifier à Lise que je ne suis pas morte, je me dis que je vais lui mettre sur l’Écritoire une belle image pour la faire patienter. Je pense à une peinture d’une Bretonne cramponnée à son parapluie sous la bourrasque que je crois être d’Odilon Redon. Perdu ! elle est de Paul Sérusier. Me disant que je ne connais pas bien ce peintre, je vais lire la page qui lui est consacrée sur Wikipédia. Et là, je tombe dans une cascade de recherches et de découvertes qui font partie de mes grands plaisir quand je navigue sur la toile.
Sur la page « Sérusier » je remarque une faute de frappe : le nom de marie Poupée sans majuscule à Marie. Je me dis que je vais corriger cette petite faute, mais qu’avant je vais chercher qui est cette Marie Poupée pour voir si on peut mettre un lien sur son nom. Car, en effet, l’intérêt de Wikipédia c’est les liens hypertexte entre les pages. Je ne trouve pas de page « Marie Poupée » mais je trouve, sur la page consacrée au peintre Meyer de Haan une mention de l’auberge de Marie Henry, dite Marie Poupée, qui tenait une auberge au Pouldu dans laquelle Paul Gauguin et une troupe de jeunes peintres ont habité dans les années 1890. Cette Marie Henry fut la maîtresse de de Haan, peintre peu connu, à la page Wikipédia un peu maigre, mais qui fit tout de même l’objet d’une exposition au musée d’Orsay en 2010.
C’est ainsi que de fil en aiguille, je me suis retrouvée à travailler toute la journée et à modifier huit pages Wikipédia. Et tu sais quoi ? Je me suis régalée !

On dira ce qu’on voudra de Wikipédia, qu’il y a là-dedans tout (par exemple la recette des roudoudous) et n’importe quoi (comme la page consacrée au docteur André Gernez qui soutient, entre-autres « la théorie d’un besoin biologique de croire alléguant que le fait religieux serait fixé génétiquement dans le cerveau limbique »).  N’empêche !… je trouve que c’est une œuvre importante de mise à disposition du savoir à tous ; et je suis très fière (n’ayons pas peur des mots) d’apporter ma pierre à l’édifice !
Je n’ai mis aucun lien, comme tu es curieux, tu vas aller farfouiller toi-même.